SECTEURS D’ACTIVITÉ

Filière agricole

Agribusiness ANAPAAH Tomato Harvest
L’agriculture constitue le moyen de subsistance de plus de 60 pour cent des Haïtiens. La terre représente l’actif le plus productif de la majorité de la population. Le développement agricole jouera donc nécessairement un rôle clé dans le redressement et l’expansion d’Haïti. Les opportunités au sein de la filière agricole sont multiples, notamment au niveau des transformations à valeur ajoutée et des activités de fin de chaîne de valeur telles que le marketing, la distribution et la vente au détail. Le Projet LEVE considère l’agriculture comme un moteur à court terme du redressement économique et de la création d’emplois. Le Projet concentrera ses activités agricoles dans les corridors de Port-au-Prince et de Saint-Marc.

Le Projet LEVE intervient actuellement dans les chaînes de valeur suivantes :

  • Fruits : le Projet LEVE étudiera avec des entreprises leaders du secteur diverses options de renforcement des chaînes d’approvisionnement destinées à améliorer l’alimentation en fruits des marchés au moment des récoltes, la transformation des fruits et la disponibilité des produits au niveau des détaillants à longueur d’année.
  • Céréales : le Projet LEVE travaillera avec des groupes d’exploitants et d’autres transformateurs du sorgho destiné à la consommation humaine et notamment à l’exploration d’options de séchage et de stockage du grain lors de la saison des récoltes en vue de leur consommation tout au long de l’année.
  • Aquaculture : le Projet LEVE aidera les entreprises à développer leur production et leur base de distribution.

Construction

Constrution-DFS-Construction-Village-la-Difference-interns
La construction est l’un des principaux secteurs générateurs d’emploi en Haïti. En 2015, le secteur devrait générer 3,59 milliards USD de revenus supplémentaires dont, selon certaines estimations, un tiers ira au 90 % des Haïtiens les plus démunis.

Le Projet LEVE concentrera ses activités de construction dans les corridors de Port-au-Prince et de Cap-Haïtien en adoptant, dans chaque cas, une approche spécifique dictée par les particularités de chaque marché.

Dans le corridor de Port-au-Prince, le Projet LEVE mettra l’accent sur l’accroissement du stock de logement et stimulera la demande d’infrastructures urbaines. LEVE s’impliquera dans les chaînes de valeur suivantes, en collaboration avec des autorités de coordination publiques et en partenariat avec des entreprises leaders et des innovateurs précoces :

  • Secteur du bâtiment : construction de logements multiplexes
  • Secteur du bâtiment : bâtiments à usage commercial
  • Secteur du bâtiment : édifices institutionnels
  • Secteur des infrastructures : routes et points
  • Secteur des infrastructures : adduction d’eau et assainissement urbain

Au Cap-Haïtien, l’aménagement d’infrastructure sera prioritaire du fait du développement du tourisme et des industries dans la région. Le Projet LEVE encouragera les chaînes de valeur suivantes, en collaboration avec des instances de coordination et associations :

  • Secteur du bâtiment : bâtiments à usage commercial
  • Secteur des infrastructures : routes et points
  • Secteur des infrastructures : irrigation en milieu rural et gestion de bassin versant
  • Secteur des infrastructures : adduction d’eau et assainissement urbain

Vêtement et textile

Apparel-&-Textile-Le-Jourdain-factory-in-the-North
Le vêtement a été, est et demeurera important pour l’économie haïtienne. Il a, historiquement, représenté 10 % du PIB haïtien et constitué le principal secteur exportateur du pays. Le marché du vêtement se développe grâce notamment à la législation américaine HOPE qui exempte de droits de douane à l’entrée aux États-Unis les vêtements fabriqués en Haïti. Le prêt-à-porter emploie aujourd’hui 35 000 Haïtiens, chiffre qui devrait augmenter pour atteindre, à brève échéance, 65 000 avec l’aménagement de sites supplémentaires à Port-au-Prince et dans le département du Nord. Haïti se classe au deuxième rang des exportateurs de t-shirts vers les États-Unis.

Le Projet LEVE apportera un soutien à des microentreprises et PME, et inscrira son action dans le cadre d’un partenariat avec diverses associations qui améliorent l’image du secteur de l’assemblage de masse et en favorisent l’expansion. Le Projet LEVE aidera également de petits créateurs et des fabricants d’uniformes à développer leur activité et à créer plus d’emplois. Il concentrera ses activités dans le secteur du vêtement et du textile dans les régions de Port-au-Prince et de Cap-Haïtien.

Stratégie du Projet LEVE :

  • Chaîne de valeur industrielle de masse : le Projet LEVE aidera les entreprises leaders et d’autres parties prenantes du secteur à encourager de nouveaux investissements dans la production basée en Haïti, en particulier dans les zones industrielles actuelles ou en projet.
  • Petits fabricants : le Projet LEVE aidera des entreprises leaders et de croissance à développer leurs activités au moyen de la vente par Internet et de la promotion sur de nouveaux marchés.
  • Cadre haïtien pour les deux secteurs : le Projet LEVE travaillera avec les prestataires de services de formation actuels et contribuera à la mise en place de nouveaux dispositifs de formation destinés aux personnels, cadres et gestionnaires, et entrepreneurs de ces secteurs.
  • Implantation d’activités d’entreprises étrangères en Haïti : le Projet LEVE encouragera les entreprises étrangères à implanter en Haïti des opérations permettant l’ajout de valeur dans la chaîne de valeur.
  • Investissement en compétences destine à ouvrir l’accès à de nouvelles opportunités : le Projet LEVE travaillera avec des entreprises leaders et d’autres parties prenantes du secteur à la mise en place de formations professionnelles et aux compétences non techniques (par exemple, d’apprentissage de l’anglais et de l’espagnol), afin de permettre aux salariés de considérer leur travail comme un investissement en opportunités d’évolution de carrière.

Main d’œuvre

Workforce-Development-Fondation-Vincent-training-programs-in-Cap-Haitian
Alors que les activités d’urgence et de reconstruction qui ont suivi le séisme cèdent peu à peu la place à un retour à la normale, l’État haïtien et ses partenaires internationaux s’attachent à poursuivre le développement des secteurs public et privé pour répondre aux besoins de 10 millions d’Haïtiens, dont 78 % vivent avec moins de 2 dollars par jour. Afin de tirer parti de sa localisation géographique et des accords commerciaux préférentiels qui lient le pays aux États-Unis, au Canada et à l’Union européenne, Haïti doit renforcer ses investissements étrangers et locaux dans les secteurs où il dispose d’un avantage concurrentiel, tout en améliorant le cadre d’investissement, l’environnement des affaires et la performance générale du secteur privé, et en particulier des microentreprises et PME, afin d’offrir des services à ces investisseurs étrangers. Ceci implique un renforcement des normes de qualité requérant de la main d’œuvre des compétences accrues.

L’objectif de LEVE est d’améliorer l’accès des microentreprises et PME à un pool de main d’œuvre possédant les compétences et qualifications requises. Dans le cadre de cet objectif, le Projet LEVE améliorera de manière significative la productivité des chaînes de valeur sélectionnées en améliorant la disponibilité de travailleurs qualifiés. Cet objectif sera atteint par la mise de services de développement du potentiel à la disposition d’établissements de formation initiale et professionnelle dans des domaines techniques, ainsi que de prestataires de services de formation, afin de leur donner les moyens de mettre des professionnels compétents à la disposition de l’économie haïtienne. LEVE prendra part à des activités transverses destinées à renforcer le système de formation dans son ensemble tout en créant de meilleurs rapports entre les employeurs et le marché du travail et en améliorant l’accès à l’emploi de populations en situation de vulnérabilité ciblées par le projet.

Le projet LEVE améliorera les systèmes de formation de la main d’œuvre au niveau des chaînes de valeur, des régions et des secteurs sélectionnés, en facilitant l’établissement de liens avec des partenaires privés, publics, appartenant à la société civile et au sein de l’appareil d’État. Cette action passera par la conclusion de protocoles d’accord entre les entreprises leaders du secteur, des prestataires de services de formation, des associations et des autorités administratives. Ces partenariats faciliteront l’amélioration ou la création de liens de nature à permettre une meilleure communication des besoins sectoriels aux prestataires de services de formation. Ils contribueront également à rendre les formations plus pertinentes, plus concrètes et plus efficaces. En plus de faciliter l’établissement de partenariats, le Projet LEVE peut apporter une assistance technique à des interventions techniques spécifiques à court terme, par exemple, au moyen de recherches ciblées, d’emploi de meilleures pratiques et d’application de normes sectorielles, mais aussi de modernisation des programme et de formation de formateurs.

Les types de partenariats susceptibles d’être utilisés pour faciliter ces liens améliorés sont, par exemple :

    les programmes de stage et d’apprentissage ;

  • des programmes améliorés et nouveaux répondant aux besoins en termes techniques et de préparation professionnelle ;
  • la formation de formateurs à des méthodologies de formation basées sur l’expérience, ainsi qu’à diverses spécialités techniques ;
  • la création de pools mobiles de formation, constitués de formateurs mieux formés, prêts à intervenir à la demande sur le lieu de travail pour mettre à niveau les compétences des personnels ou à former de nouveaux employés ;
  • la mise en place de partenariats entre concepteurs et prestataires de services de formation, dans le but de mettre à niveau les compétences dans le domaine de la création, et autres liées, et de promouvoir l’ouverture d’ateliers en Haïti ;
  • des annuaires de prestataires de services de formation incluant des appréciations et commentaires des professionnels du secteur permettront aux investisseurs de consulter des informations sur des sources de travailleurs qualifiés évaluées par le secteur ;
  • des programmes de certification destinés à qualifier les professionnels dans des domaines techniques spécifiques par une formation dans l’emploi.

 

Développement du potentiel humain et institutionnel

thumbnail

L’objectif du projet LEVE est d’aider les organisations haïtiennes à développer leur potentiel et leur crédibilité pour qu’elles puissent réussir sur le marché et développer leurs services. Nos services, assurés par notre partenaire local (PAPYRUS) sont à la disposition d’entreprises privées et d’associations représentatives de leurs adhérents. Les participants aux activités de développement du potentiel du Projet LEVE deviendront plus efficaces et efficients, et mieux à même de servir leurs membres ou de réaliser des bénéfices.

Cette activité du Projet LEVE s’inscrit dans le cadre d’USAID FORWARD ou de l’initiative Local Solutions, qui fonctionne avec des entreprises et associations haïtiennes. Les services de développement du potentiel humain et institutionnel du Projet LEVE sont organisés sur le modèle du cadre d’USAID dénommé Human and Institutional Capacity Development, qui met à disposition des méthodologies et outils :

  • d’amélioration de la performance d’organisations partenaires ;
  • d’élaboration de buts et d’objectifs clairement articulés ;
  • de réalisation de ces buts et objectifs.

Le cadre du développement du potentiel humain et institutionnel :

  • identifie les causes profondes des déficits de performance ;
  • remédie à ces déficits au moyen d’un large éventail de solutions ;
  • et permet une amélioration continue de la performance par la mise en place de systèmes de suivi.

La première étape du processus d’obtention d’une aide dans le cadre du Projet LEVE est la réalisation par PAPYRUS d’une évaluation de capacité organisationnelle (Organizational Capacity Assessment, OCA) du destinataire potentiel. L’évaluation de capacité organisationnelle (OCA) permettra d’apprécier la capacité des destinataires dans sept domaines fondamentaux dans lesquels ils doivent s’améliorer pour réussir : la gouvernance ; l’administration ; la gestion des ressources humaines ; la gestion financière ; la gestion organisationnelle ; la gestion de programme ; et la gestion de performance de projet. L’évaluation de capacité organisationnelle est conduite avec le destinataire ; il s’agit essentiellement d’une auto-évaluation. Une fois l’évaluation de capacité organisationnelle menée à bien, et un résultat (sur une échelle de un à quatre) convenu, le destinataire et PAPYRUS concevront une stratégie destinées à remédier aux insuffisances.

Les entités destinataires sont considérées comme des « organisations de ressources de développement de potentiel » (Capacity Development Resource Organizations, CDRO). Lorsque le destinataire est une association, ses membres deviendront en conséquence plus actifs et bénéficieront de meilleurs services, leurs besoins ayant été identifiés et une réponse y ayant été apportée. Lorsqu’il s’agit d’une entreprise, elle sera en passe de devenir l’un des leaders de son secteur, fera figure d’exemple et améliorera la filière.

Le Projet LEVE envisage d’aider quatre à sept CDRO à s’améliorer dans sept catégories. Aussi bien des entreprises que des associations à but non lucratif peuvent demander une évaluation de capacité organisationnelle. Au nombre des organisations de ressources de développement de potentiel (CDRO) déjà choisies figurent des bénéficiaires de l’énoncé de programme annuel (Annual Program Statement, APS) d’USAID, des associations professionnelles, et des entreprises opérant dans les secteurs de l’agroalimentaire, du textile/du vêtement, et de la construction.

Afin d’être en mesure d’offrir des services au plus important groupe de destinataires possible, le Projet LEVE et PAPYRUS proposent deux types de développement de potentiel : 1) un kit de développement complet, commençant avec l’évaluation de capacité organisationnelle (Organizational Capacity Assessment, OCA) d’USAID, suivie d’une application rigoureuse des recommandations au cours d’une période prédéterminée, exigeant des ressources et un accompagnement permanents ; et 2) des interventions à court terme limitées, pour améliorer la gestion quotidienne. Le type d’assistance dépendra des besoins et souhaits de l’organisation de ressources de développement de potentiel (CDRO).